Collection "Péyi-la"

2010 - 2014 / techniques myxtes sur toile

Kréyòl, (créole)

 

          Tan ka pasé anba syèl-la é ka gadé sa nou ka fè. On tan san bout ki fèmé adan tribilasyon a on pèp ki ka chèché-y adan on péyizaj an mòso. On tan ki ka parèt é disparèt, arété é woupati, on tan ki ka dépann dè lèspas-la.

On lyannaj yonn a lòt otila, tan é lèspas ka di sa nou yé, sa nou ka fè, sa nou anvi fè, é sa nou ké fè. On lèspas é on tan otila nou sé nou, moun  kon tout moun, adan on menm larèl mè chak adan kazyé a-y. On lèspas é on tan ki ka pèrmèt nou pran on fòs adan sa nou yé kèlkanswa dékatman an nou.

Sé lèspri a penti an mwen, pran balan anlè ayen ki sé on tout, pou konbat chak jou adan on lavi ki ni pou sèl sans tala nou ké désidé pran-la, davwa si nou pa pran konsyans a bigidi a lèspri an nou, nou ka pèd nou adan sa ki pa nou.

 

Français

 

Le temps, comme fil conducteur de l’Histoire, suit sa route dans l’espace infini de la voute céleste qui coiffe l’univers de nos actes. Ce temps infiniment confiné dans notre société morcelée, et fragmenté d’individus multiples, se fond dans l’espace indéfini de notre réalité géographique, créant ainsi un « espace-temps » de tension et de dilatation, de compression et d’éclatement.

« L’espace-temps » qui nous définit et nous lie aux autres sans pour autant être celui de l’autre, mais la continuité indéfectible d’un univers qui régit notre existence au-delà de nos sens. « Un espace-temps » que j’essaie de mettre en couleur sur la toile, au-dessus de la toile, au-delà de la toile, mais aussi en volume. Cherchant un ancrage imperceptible, une sensation d’envahissement de l’esprit pour mettre l’être dans l’œuvre et non devant l’œuvre, le regard dans l’univers de l’œuvre plutôt que sur le sujet.

« L’espace-temps » qui nous sert de support pour que de notre funambulisme naisse un équilibre entre ce que nous sommes, ce que nous disons être, et ce que nous pensons devenir ; mais aussi entre ce que nous faisons, ce que nous voulons faire, ce que nous disons faire et ce que nous ferons.

Je cherche à traduire ainsi la duplicité des approximations multiples de la société, et son perpétuel « déséquilibre », dans son environnement universel.


Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© "INCA communication" ,GIlles EUGENE dit Goodÿ, entreprise individuelle - SIREN : 433471711 - 27 lotissement les moulins, dèsvarieux 97118 Saint-François / Guadeloupe